Baromètre de la formation et de l’emploi 2021

Mon Compte Formation • 9 Mars 2021

Réalisé en janvier 2021 par le CSA auprès de 1600 actifs

Le baromètre de la formation et de l’emploi de Centre Inffo a pour objectif de connaître leur opinion à l’égard de la formation en France et des perspectives de reconversion professionnelle. Vous trouverez les principaux enseignements ci-dessous.

 

Regard général sur le parcours professionnel et le sentiment d’évolution


L’année 2020 aura été marquée par de nombreux bouleversements, notamment liés à la crise sanitaire autour du Covid-19 : télétravail, chômage partiel, secteurs à l’arrêt depuis plusieurs mois, professions déclarées comme « non-essentielles » … autant de raisons de s’interroger sur son propre parcours, sa situation actuelle et ses attentes pour le futur.
Les actifs français gardent une confiance solide en leur avenir professionnel (68% se disent confiants dont 15% très confiants) malgré une baisse assez nette entre février 2020 et ce début d’année 2021 : le niveau de confiance baisse de 7 points (75% en février 2020 vs 68%) et cette diminution est encore plus forte auprès de ceux qui se disaient très confiants (23% en février 2020 vs 15%).

Parallèlement, apparaît une évolution des métiers et des compétences de plus en plus rapide : la part de ceux déclarant que leur métier évolue très vite a augmenté de 9 points (passant de 33% à 42%). De même, un actif sur deux pense faire le même métier mais pas forcément de la même manière (48%), un chiffre également en hausse de 6 points par rapport à l’année dernière et qui démontre l’importance de la formation professionnelle continue dans l’accompagnement de la vie professionnelle des actifs.

In fine, c’est près de la moitié des actifs qui pensent changer d’emploi à plus ou moins long terme (49%) et un tiers (33%) qui pensent changer d’emploi dans les deux ans à venir.


Regard sur la formation professionnelle et attitude personnelle


Le regard porté sur la formation professionnelle reste toujours aussi positif : pour 9 actifs sur 10, c’est une opportunité de s’améliorer dans sa pratique professionnelle (90%, +1 point) et une chance pour évoluer professionnellement (89%, +2 points) ainsi qu’une nécessité pour conserver son employabilité sur le marché du travail (88%, +4 points).

Même si 59% des actifs voient la formation professionnelle comme quelque chose de souvent contraignant (59%, -1 point), ils sont une minorité à penser qu’elle est inutile car inadaptée (27%, -9 points) et pas pratique, pas transposable dans son quotidien professionnel (27%, -9 points).

Dans la création du parcours de formation, une large majorité des actifs français (78%) considèrent que c’est avant tout une responsabilité personnelle et individuelle de se former, un chiffre en forte hausse 2/3 cette année (+14 points). On observe que les postures attentistes sont de moins en moins présentes (22%,-14 points), même si certaines populations plus fragiles restent en demande d’aide de la part des pouvoirs publics, notamment les salariés peu qualifiés (les ouvriers : 31%, les employés du secteur du BTP : 32%) et les chômeurs (30%).

Se sentant responsables face à leur parcours de formation, 67% des actifs ont le sentiment d’être suffisamment acteurs de leur formation professionnelle, un indicateur également en hausse (+11). Un sentiment qui augmente notamment auprès de ceux qui sont en train de suivre un parcours de reconversion professionnelle (78%). Après l’individu lui-même (86%, +2 points), les actifs considèrent que les organismes de formation (75%, -3 points) et les employeurs (74%, -1 point) sont les acteurs les plus importants à solliciter dans le cadre de la formation professionnelle.

les français acteurs de leur formation professionnelle

 

Ainsi, une grande majorité des actifs interrogés ont déjà ou seraient susceptibles de formuler des voeux de formation (85%, +1 point), de contacter directement un organisme de formation (77%, +1 point), de faire eux-mêmes des recherches sur une formation (76%, -2 points).

Ils sont un peu moins nombreux à avoir déjà fait ou être susceptible de financer par eux-mêmes une formation (61%, +1 point) ou à reprendre des études (56%, -4 points).

Si les actifs français se sentent au coeur du processus de formation, et souhaitent en être les acteurs, ils n’en restent pas moins en demande d’une meilleure information. 55% ont le sentiment d’être mal informés sur la formation professionnelle, un chiffre stable depuis l’année dernière (-2 points) mais qui fait ressortir un manque d’information notamment chez les fonctionnaires (FPH : 74%, FPE : 67%) et chez les personnes diplômées du supérieur (61%). Ce déficit d’information chez les plus diplômés s’explique par le fait qu’ils sont moins nombreux à souhaiter changer d’emploi ou à être dans des parcours de reconversion professionnelle ou encore au chômage : ils se retrouvent donc moins en contact avec les organismes de formation, connaissent moins bien les différents dispositifs existants.

Le compte personnel de formation (CPF), dispositif phare de la dernière réforme de la formation
professionnelle, est parfaitement connu des actifs français (85%, stable), avec une nette progression de ceux déclarant « bien connaître » le dispositif (63%, +6 points).

Malgré une forte hausse (+17 points), le nombre de personnes connaissant le montant de ses droits à la formation reste minoritaire (42%).


Attentes et perspectives à l’égard de son évolution professionnelle


Les attentes des actifs en matière de formation restent fortes en 2021 : 48% d’entre eux ont prévu de faire une formation au cours des douze prochains mois (-3 points), cela concerne plus fréquemment les personnes en reconversion professionnelle (86%), les personnes qui envisagent de changer d’emploi (67%) et les personnes dont le métier évolue très vite (59%).

Parmi ceux qui déclarent ne pas suivre de formation en 2021, les raisons principales invoquées sont le manque de temps (33%, +3 points) et le fait qu’aucune formation ne corresponde à leur besoin (25%, -3 points).

Les formations les plus demandées concernent d’abord les domaines de l’informatique, des langues étrangères (avec l’anglais en première position) et du management. Les formations dans le domaine du médical ont également la cote.


Quid de la Reconversion Professionnelle ?

 

L’année 2020 aura été inédite sur le plan professionnel pour beaucoup d’actifs et le sujet de la reconversion à l’aune de ces bouleversements prend de plus en plus d’ampleur.

Ainsi, un actif sur cinq est actuellement dans un processus de reconversion professionnelle (20%), un chiffre qui monte à 30% auprès des personnes travaillant en tant qu’indépendants. La volonté de reconversion est plus forte chez les jeunes (34% des 18-24 ans) et parmi les personnes sans emploi (35%).

Au final, les personnes qui sont en reconversion et celles qui envisagent une reconversion professionnelle représentent 47% des actifs français. Ces reconversions professionnelles sont motivées d’abord et avant tout par une volonté de se rapprocher de ses valeurs et de vivre davantage de ses passions (86%).

Dans ces parcours de reconversion, 62% des personnes sont accompagnées ou conseillées, notamment les personnes sans emploi (71%) et celles qui sont actuellement en reconversion (76% vs 52% pour les personnes qui envisagent une reconversion). Les personnes qui bénéficient d’un accompagnement se révèlent être satisfaites par cette prestation (71% dont 21% se disant très satisfaits).
Parmi les 38% que représentent les personnes en reconversion ou qui envisagent une reconversion et qui ne sont pas accompagnées dans ce projet, 57% d’entre eux souhaiteraient pouvoir bénéficier de conseils, notamment sur les possibilités de financement (47%) et les possibilités de formation (45%). Le CPF et les aides de Pôle Emploi sont les principales sources de financement des formations suivies dans le cadre d’une reconversion professionnelle.

-----------------------------
A propos de Centre Inffo
Centre Inffo propose aux professionnels de l’apprentissage, de la formation et de l’évolution professionnelles une expertise en droit et ingénierie, une offre de formation et une information sur mesure et spécialisée. Il réalise des missions d’ingénierie, de conseil et d’accompagnement et anime les débats des professionnels.
Association sous tutelle du ministère en charge de la Formation professionnelle, Centre Inffo est doté d’une mission de service public dans le champ de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles.
Fort d’une équipe de 75 collaborateurs, Centre Inffo s’engage à apporter à ses clients publics et privés une expertiseactualisée et une méthodologie éprouvée au service de leurs enjeux et projets.

 

-----------------------------

Source : https://www.centre-inffo.fr/site-centre-inffo/actualites-centre-inffo/2…

Type news
Conseils